Théléma

La Volonté est « l’ivresse de ne pas être Dieu » (Maxence Caron).

L’écrivain entretient un rapport particulier à la Volonté. Dehors, le mouvement d’une branche, l’oiseau affolé, l’averse, le nuage, sa forme, le froissement d’un corps, le bruit des fumées qui s’élèvent lorsque la langue d’un volcan appuie sur l’océan, le trop de sel sur un morceau de sucre, l’indicible banalité du cerceau et de l’enfant, le gravillon et l’anguille, l’anguille et le goéland — pour un écrivain, rien n’est dû au hasard. De son imagination, tout provient. Le monde est phénomène en lui ; l’écrivain est exocentrique.

Max Jacob : « L’art est une Volonté de s’extérioriser par des moyens choisis ».

Mais l’écrivain n’est pas narcissique, et chaque pierre, chaque arbre renvoie un souffle dégoutant.
S’il avait écrit, Narcisse serait mort en frappant un miroir sans teint.

L’écrivain se projette dans le miroir qu’autour de lui son doute a dressé. Ce sont ses yeux qu’il perd dans les cerveaux transpercés.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s