La folle aux chats

Assise sur son ventre, elle hantait l’escalier de la Garonette avec douze chats noirs. Tous les habitants de mon enfance se souviennent du mauve de ses robes et des nœuds de ses doigts.

Et son époux sur béquilles, entre eux la misère des jours.

Elle disséminait sur le pont des miettes de sardine, des quignons et le dimanche au caniveau elle donnait dix litres de lait.

Evidemment la folie marchait à ses côtés, l’horreur normale de la vie.

Quand elle est morte les chats ont disparu,
Mais un jour alors que pour un poème je m’étais rendu au cimetière de Terre Cabade, j’ai retrouvé sa tombe, m’y suis assis pour un instant et finalement me suis enfui aussi vite que je pouvais,
Tremblant parce qu’à l’intérieur j’en suis sûr un chat avait miaulé.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Toulouse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s