absence de l’Absence

Dans les fonds baptismaux de nos jours, au cœur
Immense et immensément pauvre de ce dieu qui avait tout promis deux fois et tout pardonné
Déjà,
On a placé comme un médicament,
Des choses à peu près folles, même pas l’Histoire, ni le Feu ou l’Absence.
Il ne fut pas jusqu’au Néant qui ne fut réfuté,
Par tes tubes, Science, avec leurs langues de gaz et leurs ventres,
Et tes journaux, Morale — généreux artifices !
Où sont de nos ancêtres les vertes maladies ?
Où sont leur haine confite dans le sang et l’urine,
Et cette foi qu’ils indexaient à l’arbre de Judas ?
Je ne vois plus dans les cimetières que des trouvailles à tiroirs avec à la cheville un bracelet de fer ;
Je ne vois plus la Croix, je n’entends plus l’enfer.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s