Le dé sans joie

Je n’irai pas demain dans le lit des épines
Ni à la grosse corde où pendra le croupier.
Peu importe ce qui est rouge, blanc ou laid,
Peu m’importe à présent si les jeux sont défaits.
Mon œil a six pupilles et autant de paupières,
Pourtant je n’irai plus noircir le tapis vert
Et coller ma face à la face des chiffres.
Quand je compte j’ordonne
Et j’ai partagé dans l’enfer le pardessus du Christ.
Je sais ouvrir le temps et délacer la mort,
Pourtant le Hasard mon maître a cru que je trichais
Et m’a quitté Seigneur pour une carte à jouer.
Il paraît qu’en le voyant me battre la Chance en a redemandé.
Je l’ai servie, fidèle et, disons-le, constant,
Mais elle en redemandait,
Elle en redemandait.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s