Amazones

Elles nous ont cuisinés dans la camisole odorante de leurs vagins
Alors qu’à leurs pieds notre sang n’avait cessé de remplir
Ces ridicules ramequins qu’elles réservaient au génie
Qui sans elle n’aurait pas détaché Dieu du libre-arbitre.
J’étais froid, j’avais faim, terre virile d’amour,
Onde misérable et neutre,
Mais c’était l’oraison mon âme
Quand elles en démantelèrent le cadastre,
Et plus aucun bijou, plus aucun compliment n’y était pour remplacer la haine qu’elles avaient décidé de vouer
Sous la chapelle du cœur, au mal d’enfant.
“Mort au père !” disaient-elles et elles passaient au travers
Souriantes à la mort comme autrefois nous-mêmes
A la montée de leur lait suri.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s