Les rats

A leurs corps d’éponges sales s’accrochent des coquillettes, du sang et des échardes molles
Ils vont dans l’hiver trouver le cul du pain le lard les œufs les pelures d’oignon
Et l’été les noyaux de cerise l’ail en fleur les quignons de courgette
Petits démons malades rapides égoïstes exquis aux yeux rouges
Aux lèvres retroussées insectes de peau
Obstacles à la santé
Fonctionnaires obsédés
Grâce à vous dans la mort sous le couvercle une respiration s’élève
Et les tombes dans la nuit crachent comme de vieilles chouettes blanches des pelotes de laine

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s