Qu’est-ce qui est impossible dans la mort ?

Misère des loups quand le gibier dans la flaque a commencé à pourrir. Ils ressemblent à ces médecins interdits devant le cœur arrêté d’une amie d’enfance, sous le champ de ruines de ses entrailles bizarres. Le désir est celui de la pierre emportée du tombeau (puis inévitablement la gueule astronomique d’un ange : “Il est parti Celui que tu cherchais”). Ne pourrions-nous pas aimer vraiment, réellement, la mort ? Ne pourrions-nous pas l’aimer en vérité ? Qu’est ce qui me retient mon amour de sauter dans la tombe avec toi ? Peut-on aimer ce qui dans l’air, et dans la masse des choses, nous a préexisté ?

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s