Jardinier

Le jardinier dans son gant a toujours un peu de la sueur des ronces
Et sous ses ongles la blanche la vieille volonté joufflue des aubépines
Le jardinier dans sa cabane entretient une gamelle d’eau croupie
Il passera la flamme où le chiendent fut arraché
Il armera le lait et réintègrera la terre au hasard des graviers
Il corrigera les écarts dans la plaque métallique sous le nivellement du cimetière
Le jardinier a faim c’est cela le pire la sensation d’être acquitté
Lorsque ce qui n’était encore qu’un vague désir cet hiver est devenu dieu sait pourquoi joyau pur
Joyau indestructible du printemps

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s