Dieu n’était pas obligé d’aimer

J’ai voulu retrouver dans ma mémoire
Le château écroulé
L’interminable plateau
J’y ai cueilli des souvenirs pâles et tremblotants
En fleurs électrifiées
Au parfum mandarine
On aurait dit la joie
La semence des albums
L’architecture n’était pas comme on dit RENTRÉE
Pas plus que les fleurs de leurs bourgeons n’étaient SORTIES
On aurait dit l’Espace la crêpe des forêts
L’œuf noir et lourd
Au nid de l’éternité
On ne l’a pas assez dit mon amour
Dieu n’était pas obligé d’aimer

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s