L’arête

Rire ailé de mes enfants, branchés à la supposition du sommeil ;
Impatience de Télémaque, scintillement des sœurs… Qu’ai-je gagné pour vous perdre ?
Sous mon tombeau j’emporterai l’arête de ce poisson que vous avez dévoré l’autre jour, ainsi l’éternité, la mienne, vous aura en travers de la gorge.
“Papa, tu aurais dû désarêter !” — J’aurais dû, oui…
Et je serai un peu sauvé. Je serai devenu temporel.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie, Ulysse et la pelle à grains. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s