La mer est de plus en plus loin, de plus en plus impossible derrière moi. Elle tire à elle mes vieilles lunes, vieux combat : Troie, Ithaque.

…les senteurs de la paille brûlée, et, sous les créneaux, du lierre.

La biologie a refermé les jambes. Je suis dans l’hiver, sur les pierres noires, avec ma rame, seul avec mon champ d’honneur, mes bêtises d’autrefois incicatrisées.

…et mes fantômes, les hurlements du génocide.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ulysse et la pelle à grains. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s