La lumière, à Ithaque, n’existait pas. Je n’avais pas souffert. Personne n’était parti. Ma vie n’avait rien éclairé. Chrysalide : elle ne manquait de rien.

Puis le manque est venu. La souffrance travaillait. Je suis parti, et alors, alors, la lumière… J’avais faim. Je me battais.

Tu me manquais, Télémaque. J’étais devenu ton père. Je voyais ton visage, Pénélope, dans les batailles, derrière les blessures. Je t’aimais.

Il a fallu que tout existe : vouloir rentrer pour se perdre. Il fallait vous aimer… J’ai tant souffert ! Vous m’avez tant manqué ! Je planterai la rame. Je tuerai ce verrat. Et vous retrouverai. J’inventerai la mer.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ulysse et la pelle à grains. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s