Genèse, chapitre 7

On a tort de voir le déluge comme un phénomène temporel. On est trompé par le décompte des jours, des animaux… La lecture littérale est idiote. Quarante jours et quarante nuits de pluie, cela représente la durée de la tentation : le nombre de jours et de nuits passés par Jésus au désert. Sept jours, c’est un cycle complet de la volonté de Dieu, le cycle créateur. Sept couples, un cycle complet de création. Cent cinquante jours d’inondation, c’est une éternité. C’est le néant.

En un instant qui dure encore, Dieu détruit tout et l’Homme sauve tout. L’arche, c’est son coeur. L’arche, c’est sa prière. L’arche, c’est l’abandon de l’Homme à l’Amour, la confiance totale, la louange, la supplication.

Beauté hallucinatoire de cette phrase : “Le Seigneur ferma la porte sur lui.”

En un instant qui dure encore, tout est détruit, tout sera sauvé… et cela uniquement parce que l’Homme a souhaité exister.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ancien Testament, Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s