Genèse, chapitre 9

Quand Dieu dit “soyez la crainte et l’effroi”, il ne dit pas aux hommes de pécher. Dieu ne demande jamais à l’homme de pécher : toute la Bible doit être lue sans perdre de vue cette certitude, car autrement on trouverait la volonté de Dieu mauvaise, et l’on finirait par penser avec plus ou moins de rage que certains péchés sont souhaitables, et, mieux (pire), souhaités.

L’arche devient arc, Ciel et Terre soudés par l’éclair.

La nudité de Noé, c’est celle de la racine… Faiblesse de la radicule palpitante, qui sera bien vite coupée. Superficialité du hile, qui sera facilement effacé. De cette coupure et cet effacement viendra la division, et de la division d’autres divisions : l’irrespect (manque) deviendra hérésie (choix), puis sécularisation (oubli) puis nihilisme (refus). Tous sont fils de Noé, lui-même fils d’Adam, et pourtant voilà plusieurs peuples, c’est-à-dire des guerres en puissance, déjà la haine, déjà le désir mimétique. Le déluge a approfondi la distance entre l’Homme et l’arbre de Vérité. Noé a sauvé l’existence, mais n’a pas sauvé l’existant. Seul l’Être pourra sauver l’étant. Les Chérubins s’ennuient : l’Homme ne sait même plus approcher.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ancien Testament, Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s