Genèse, chapitre 10

On pourrait croire que ces listes disent que L’Homme se divise et se répartit dans le Temps et l’Espace, mais je crois au contraire qu’il faut les prendre dans l’autre sens : les fils de Noé deviennent le Temps et l’Espace. Il leur sont soudés a priori. Le Temps et l’Espace sont fondés dans L’Homme. De fait, ils lui sont consubstantiels. C’est ce que veut dire “la chute”. A la fin des Temps, tout sera replié, rassemblé, refait. C’est ce que veut dire “éternité”. Ce chapitre de la Genèse est une photographie nominative de la chute. En lisant, je les vois, je nous vois, tomber. J’entends la séquence, et je sens, en moi, la provenance, une racine, le souvenir du bord de la falaise, et la trace de la Lumière, comme sur un négatif. J’ai la prescience de l’éternité, comme sur un origami de carton quand on imprime une ligne en pointillés pour indiquer à l’enfant où il devra plier.

Nous tomberons jusqu’à la Croix.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ancien Testament, Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s