Lys inviolé dans la poussière, sous les ronces où sont prises l’écume jaune, les craquelures du sel…
Nausicaa, regret ! À quel maquereau, ta pureté ?
Euryale ?

…et ces fêtes, ces chants, ces brioches à la menthe ?
…l’ombre sous les plis marengo du naufrage, est-elle entrée à l’intérieur de toi ?
…et l’as tu transformée, comme elles font toutes ?
— as-tu transformé en enfant ce que les hommes ne donnaient pas ?
…me ressemble-t-il ?

T’a-t-il fait pleurer déjà ?
…a-t-il blessé une fille qu’il n’aimait pas ?

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie, Ulysse et la pelle à grains. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s