Genèse, chapitre 11

Après la division dans l’Espace (les tribus) et le Temps (les fils), voici la division logique, sans laquelle la Chute ne serait pas achevée : celle du langage, qui est en nous l’empreinte de Dieu (Logos). La société désormais aura lieu. Les nations s’écarquillent.

Qu’est-ce que cette tour qui touche le ciel ? Une autre alliance. Une alliance cartésienne en quelque sorte. Un choix, c’est-à-dire, étymologiquement, une hérésie. Et un péché d’orgueil, qui est le fruit véritable, le fruit du fruit, de l’arbre de la connaissance.

Le langage devient imparfait. Le secret commence, dont Pierre Boutang a cartographié l’ontologie. Babel : babillage… L’humanité est dans l’enfance ; elle craint Dieu c’est-à-dire l’Amour, et elle se craint elle-même, c’est-à-dire qu’elle tourne le dos à Dieu. Elle déprend. Elle ne comprend plus. Le secret pourtant est autour d’elle, une présence lumineuse qu’elle entend de moins en moins.

La Tour de Babel s’effondre tous les jours, à chaque seconde, aussitôt que quelqu’un parle sans prier.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ancien Testament, Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s