Mourir en me battant contre quelqu’un qui me ressemble.

J’ai aimé tuer les prétendants. C’était moi dans des sous-ensembles. J’en ai mordu un à la carotide, j’ai tout arraché, j’ai bu et je léchais la jugulaire — les œillets de la chair, son signal purulent : j’ai mis mon poing entier.

Mourir confondu d’altérité.

Devenir, chez celui-qui-prétend, l’organe de la mémoire : le pouvoir de parler, c’est-à-dire de choisir, le pouvoir de différencier.

Je les ai défoncés. Je réduisais leurs dogmes à coups de poing. Je roulais dans leur merde. Sous les éclairs, lion joyeux — je batifolais !
C’était moi ; c’était moi dans des sous-ensembles… Je m’ébrouais sur le marbre, dans l’azur, l’azur, et les flaques de sang.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ulysse et la pelle à grains. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s