Le lin de la vieillesse dédouble, sous ma graisse, les étendards du sang. Mes muscles se souviennent du bois dont la guerre, un à un, les extirpait ;

et à d’affreux conduits sont pris, comme à un carrelet de fer, des crachats de clarté.

Je suis une très ancienne chose.

La proximité de la mort réveille en moi les visions de la neige, les cuisses douloureuses de ma mère, et, sous son sein bleui, la stupeur aigre du colostrum.

J’ai tant menti…

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ulysse et la pelle à grains. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s