J’ai manqué d’être à toi Pénélope. J’ai réglé mon sang sur l’époque.
Je réitère — je réitèrerai, tant pis.
J’ai confondu le désir et le chien en moi : le chien qui dort sous un exemplaire de L’Idiot International.
Je voulais les charentaises d’Épinal, le camembert, les grands peupliers d’Athènes, les aubergines à la romaine, la robe de chambre fleurdelisée,
Au lieu de quoi je me roule, loin de toi, dans la boue vénérienne, j’embrasse des putains.

J’ai manqué d’être à toi Pénélope ; alors j’ai inventé la guerre. Puis, pour faire rire mon fils, j’ai copié-collé des fantasmes,
…et j’ai tué les prétendants, pour que ça ait l’air vrai.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Ulysse et la pelle à grains. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s