Genèse, chapitre 20

Abraham n’a pas menti : Sara est sa soeur. Elle est sa femme, mais elle est sa soeur, car il l’aime, à une époque où les hommes n’aimaient pas leurs femmes. Le lien de la famille a été inventé, réinventé, depuis le chapitre 12. L’union des époux repose sur une alliance nouvelle, qui suppose la présence de Dieu, c’est-à-dire de l’Amour, et qui fait des époux non pas seulement un couple, mais, véritablement, une famille : un foyer où brûle la flamme de Pentecôte. Sara est sa femme, mais c’est aussi sa soeur puisque les êtres humains sont frères et soeurs. Voilà comment il faut comprendre, je crois, cet étrange chapitre, qui a tant fait parlé.

Ce chapitre a également une aura sacrificielle, cependant il n’y a pas de sacrifice. On est au bord, on tourne autour puis finalement on l’évite. La ligne narrative est de biais par rapport au terrible, et d’habitude incontournable, dénouement qu’est le sacrifice.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s