Genèse, chapitre 24

L’amour qu’Abraham porte à son fils est analogue d’une part à celui que Dieu porte à chacun, et d’autre part à celui que Dieu porte à Jésus. De même, il est image à la fois de “l’amour du prochain” et du “comme soi-même”.

Abraham sait que les Cananéens ne sont pas justes, or c’est la justice qu’il veut pour Isaac.

Le serviteur, c’est l’ange qui va chercher l’âme promise au Christ. Il n’oblige pas l’âme. Il propose. Il invite. La grâce est mouvement de Dieu vers l’être, et de l’être vers Dieu, médiation angélique. “Peut-être que cette femme ne voudra pas me suivre…”

Rebecca dit oui au serviteur, préfiguration de l’acceptation mariale. Sans voir, sans comprendre, elle fait face au mystère. Elle se tient devant lui, et accepte, remplie de confiance.

Nous ne pouvons dire ni mal ni bien” : de fait, la Volonté de Dieu est par-delà le bien et le mal.

Qui est cet homme-là, qui vient dans les champs au-devant de nous ?” Cet homme c’est le fils d’Abraham, préfiguration du Fils de l’Homme. Celui-là a échappé au sacrifice, l’autre n’y échappera pas, mais l’inversera. Le Fils de l’Homme en changera la signification pour les siècles et les siècles.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s