Genèse, chapitre 34

Le désir d’altérité, au lieu d’être d’amour, est de possession. La tornade mimétique commence là : le cycle de la violence, l’impulsion de la guerre civile. Sichem convoite. Il veut posséder. Il viole Dina. Jacob consent à le pardonner s’il répare le désir en lui, et se convertit librement au Dieu d’amour, Celui qui lui commande d’aimer son prochain. Sichem, amoureux, consent. Il aimera Dina. Il aimera son prochain. Il se convertira. Mais les fils de Jacob ne l’entendent pas de cette oreille. Il a violé leur soeur : il faut l’assassiner. Tandis qu’il se convertit, eux s’invertissent, et se vengent : ils égorgent l’Autre. Le besoin de violence — qui est l’expression inévitable du désir d’altérité lorsque celui-ci est dénué d’amour — a été transmis de lui vers eux. Ainsi celui qui se convertit librement au Dieu d’amour est-il tué par ceux-là qui Lui ont librement tourné le dos. Ainsi va la guerre civile : je veux empêcher l’autre de se convertir, parce que je le juge impardonnable. Je prétends qu’il ne mérite pas Dieu. Il ne mérite pas la justice. Donc je lui tranche la gorge, et ne serai pas étonné le jour où ses enfants se présenteront chez moi pour, à leur tour, se venger.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s