Genèse, chapitre 35

Isaac n’est pas mort sur le Moriah, à l’heure où le poignard encerclait la raison. Il n’est pas mort dans le feu d’amour de son père Abraham. Par l’ange, l’innocence de la victime expiatoire fut révélée, sinon remémorée. Et le voilà, désormais, Isaac, vieux, entouré de ses fils, dans une mort d’homme aimé, aimant, respectueux, respecté, pieux, humble. Ses fils ne se sont pas entretués. Il n’a pas eu non plus à les sacrifier. Ils sont là. Ils l’enterrent. Ils l’aiment, s’aiment et aiment Dieu qui est l’Amour. C’est dans l’ordre des choses.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s