Genèse, chapitre 38

L’homme et la femme cherchent à séparer ce que Dieu a uni. Ils appelleront cela, un jour, volonté, libre-arbitre, autonomie. La genèse est le récit d’une division : la plaie se creuse, l’orgueil l’infecte. Cette plaie, chez l’individu, c’est “la psychologie”. Dans le groupe, “la politique”. Elle les lance sur la route. Elle les prostitue. Ils sont prêts à tout pour se prouver à eux-mêmes que Dieu les aime au point de les avoir laissés libre de ne pas l’aimer (cf. le début des Carnets du sous-sol).

Juda et Tamar cèdent à la tentation. Ils sont l’âme et le corps désunis, tentés l’un et l’autre, divisés contre eux-mêmes. Même quand ils se rencontrent, il n’y a pas union, ou fusion, il n’y a pas d’amour, mais confusion, désir bestial, captation. Juda se sentira humilié. Il envoie un serviteur payé pour lui, c’est sa manière de se cacher, comme Adam quand il a goûté au fruit : il a peur de Dieu. Il craint la Vérité. La genèse est une chute…

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Genèse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s