Matthieu, chapitre 22

Parabole du festin nuptial : triste sort du peuple élu, premier invité à la fête, dont l’attente est devenue refus. J’ai toujours été fasciné, et envieux, quand je rencontrais des Juifs convertis. Qui ne l’a pas été en lisant Simone Weil, Edith Stein, Lustiger, ou aujourd’hui Fabrice Hadjadj ? Les Juifs demeurent les premiers invités du Seigneur. Voilà pourquoi il faut être sioniste, pourquoi il faut les défendre, il faut les écouter, voilà pourquoi il faut être Juif avant d’être chrétien !

*

Jésus prévient ses fidèles : “aux politiques la politique. À ceux qui comptent, ce qui se compte. À Dieu l’amour. Aux enfants de Dieu, l’éternité.” Il n’est pas venu interférer en politique. Après lui, le pape et les prêtres ne devront pas non plus dire à leurs fidèles : votez pour ceci ou pour cela, faites ceci, ne faites pas cela. Gare aux pharisaïsmes. L’esprit des lois est terrestre. Aux législateurs, la loi. Jésus ne reproche pas à César d’être César, mais il le remet à sa place.

Dieu n’est pas descendu sur terre pour imposer de nouvelles lois, pas plus qu’il n’est descendu pour abroger les anciennes ; et il ne détrônera pas César : le Royaume n’est pas, ne sera jamais l’Empire. Jésus n’est pas venu instaurer un ordre moral. Seules deux règles comptent : aime Dieu, aime ton prochain. Augustin dira : “Aime et fais ce que tu veux”. Le reste ce sont des lois contingentes. Elles pourront changer. D’ailleurs le profil sur les pièces changera : aujourd’hui c’est Tibère, demain Caligula.

*

Le lévirat qui tourmenta les fils de Juda, puis conduisit ce dernier jusqu’à la relation incestueuse avec sa bru prostituée, est présenté ici par les Pharisiens à Jésus. Celui-ci leur répond que dans l’éternité rien ne peut être temporel. La mort elle-même sera vaincue. Quand tout sera accompli, le Temps ne sera pas éternisé, mais défait, aboli. Et les corps existeront d’autant plus que l’Espace, lui, aura été proscrit.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Évangile selon Matthieu. Bookmark the permalink.

1 Response to Matthieu, chapitre 22

  1. Irène says:

    Envie partagée (mais nous en sommes, bien sûr, à force de lire et relire et scruter, il y aura bien quelque chose en nous qui s’enjuive). Le dernier paragraphe : oui ! L’éternité, non comme durée, mais comme intensité, folle, qui brûle mais ne consume pas (tiens, ça rappelle quelqu’un, en fuite pourtant, quand il rencontra Celui qui)

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s