Bête invisible

Elle n’a pas de langue dans la bouche, pas de regard dans les yeux. Elle est informe, ne respire pas, ne dit rien, n’avance pas. Il n’y a pas de trace derrière elle ; rien ne prévient son arrivée. Mollusque froid, elle n’a jamais fini de disparaître. C’est une vibration sans matière, feu sans fumée. Ce n’est rien, mais vivant. Elle béquille aux côtés de ceux qui ont perdu un proche et pensent qu’ils finiront par le rencontrer par hasard (cela ne pouvait être qu’un malentendu). Elle se cache dans les albums et près des cimetières, partout où l’esprit attend et où le corps ne lui est d’aucun secours ; elle se nourrit des souvenirs et de cette angoisse que l’on ressent devant la mort quand on ne croit pas à la mort. Les indices de sa présence sont une légère inflexion subie par les rayons qui la traversent, et un murmure que les enfants sont seuls capables de percevoir lorsque la nuit a commencé.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s