Author Archives: Guillaume Sire

About Guillaume Sire

Guillaume Sire

Je t’aime, Pénélope. Je t’aimais.

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

J’avance. Je n’ai rien mérité. J’avance dans le vent et les ronces. Enfin, je croise un homme. Un homme qui me ressemble. “Qu’est-ce que cette pelle à grains ? Vous l’emportez ?” L’homme porte une Croix. Il saigne. On l’a … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

J’ai manqué d’être à toi Pénélope. J’ai réglé mon sang sur l’époque.Je réitère — je réitèrerai, tant pis. J’ai confondu le désir et le chien en moi : le chien qui dort sous un exemplaire de L’Idiot International.Je voulais les … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Les fougères s’attendrissent comme de la viande. La forêt respire.La neige est pure et amère.J’ai traversé le vestiaire des anges, et après lui personne ne m’a ouvert.Derrière le mur, on grattait. Quelqu’un grattait.

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

J’ai été à New York, qu’est-ce que tu crois ? J’ai vu les séquoias, les géobatraciens, les lampes d’ivoire et les donjons de verre. J’ai été partout à travers le nominalisme. Je me suis faufilé entre Charybde (le goulag, la … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Aux Enfers j’ai aperçu un fakir capable de pondre, par le nez, de gros oeufs — et j’ai expérimenté d’autres formes de mort. Des formes plus manoeuvrables. “Pardon”, disaient les anges noirs, ou bien “Miséricorde”. …et des langues de feu … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Le lin de la vieillesse dédouble, sous ma graisse, les étendards du sang. Mes muscles se souviennent du bois dont la guerre, un à un, les extirpait ; et à d’affreux conduits sont pris, comme à un carrelet de fer, … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Poséidon, ébranleur de la Terre, était-ce ton fils ce pâtre borgne ? Ou bien est-ce à cause des sirènes ? Tant de rancoeur, tant de bêtise itou… Pourquoi me poursuis-tu, dieu sans langage ? Y a-t-il ton vaisseau ou autre … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

La mer ce n’est pas l’eau. D’ailleurs l’eau ne me manque pas. J’ai oublié sa caresse, je m’en fiche, je m’en fichais… L’eau ce n’est rien. La mer c’est un mur blanc, brillant, irregardable, interminé. La mer, c’est le sel. … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Deux ifs

Deux spécimens, le mâle et la femelle, cinq cents ans chacun, baldaquin millénaire à l’entrée du jardin ;Le mâle clair et auguste, se couvre au printemps de pointillés blonds ; à l’automne la femelle, sombre comme un sapin, de perles … Continue reading

Posted in Fragments | Leave a comment

Mourir en me battant contre quelqu’un qui me ressemble. J’ai aimé tuer les prétendants. C’était moi dans des sous-ensembles. J’en ai mordu un à la carotide, j’ai tout arraché, j’ai bu et je léchais la jugulaire — les œillets de … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Odyssée, 11, 119-137

“Mais quand tu auras tué les prétendants dans ta maison,par la ruse ou à découvert, avec le bronze aigu,alors tu dois partir, emportant avec toi une rame bien faite,jusqu’à ce que tu arrives chez les hommes qui ne connaissent pas … Continue reading

Posted in Les autres, Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

La rame Athènes, la pelle Jérusalem ;La rame l’Acropole, la pelle le Golgotha ;La rame le svastika, la force ; la pelle la croix, la miséricorde ;La rame Othello, Descartes, Tolstoï ; la pelle Hamlet, Pascal, Dostoïevski ;La rame la … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

J’ai perdu le souvenir de la mer quand le bouclier du soleil, après Troie — derrière les îles vertes et blanches, après mes mensonges — s’est rabattu. J’ai perdu le souvenir des morts, mais ça c’était dans le goût du sang. … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Lys inviolé dans la poussière, sous les ronces où sont prises l’écume jaune, les craquelures du sel…Nausicaa, regret ! À quel maquereau, ta pureté ?Euryale ? …et ces fêtes, ces chants, ces brioches à la menthe ?…l’ombre sous les plis … Continue reading

Posted in Poésie, Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Genèse, chapitre 11

Après la division dans l’Espace (les tribus) et le Temps (les fils), voici la division logique, sans laquelle la Chute ne serait pas achevée : celle du langage, qui est en nous l’empreinte de Dieu (Logos). La société désormais aura … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

Matthieu, chapitre 7

Le jugement (la “lecture” disait Simone Weil) est inversement proportionnel à la charité. La charité ouvre un pont, par soi, de Dieu à l’Autre. Le jugement dresse un mur. Quand je juge, je deviens un mur… Je ne laisse pas … Continue reading

Posted in Évangile selon Matthieu | Leave a comment

Genèse, chapitre 10

On pourrait croire que ces listes disent que L’Homme se divise et se répartit dans le Temps et l’Espace, mais je crois au contraire qu’il faut les prendre dans l’autre sens : les fils de Noé deviennent le Temps et … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

Matthieu, chapitre 6

La Charité est moins un mouvement de soi vers l’autre, qu’un appel de l’autre à soi, et un mouvement de Dieu, à travers soi, vers l’autre : “tu aimeras ton prochain comme toi-même”. L’acte d’Amour n’est pas acte pour soi, … Continue reading

Posted in Évangile selon Matthieu | Leave a comment

Le succès fut d’estime : un brassard de miel à des rouelles de granit.En vérité j’ai si peu agi, j’ai si peu existé !Le cheval ? Une fleur de bois, des cendres ; dans son flanc Achille dormait !Semer du … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment