Author Archives: Guillaume Sire

About Guillaume Sire

Guillaume Sire

J’ai perdu le souvenir de la mer quand le bouclier du soleil, après Troie — derrière les îles vertes et blanches, après mes mensonges — s’est rabattu. J’ai perdu le souvenir des morts, mais ça c’était dans le goût du sang. … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Lys inviolé dans la poussière, sous les ronces où sont prises l’écume jaune, les craquelures du sel…Nausicaa, regret ! À quel maquereau, ta pureté ?Euryale ? …et ces fêtes, ces chants, ces brioches à la menthe ?…l’ombre sous les plis … Continue reading

Posted in Poésie, Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Genèse, chapitre 11

Après la division dans l’Espace (les tribus) et le Temps (les fils), voici la division logique, sans laquelle la Chute ne serait pas achevée : celle du langage, qui est en nous l’empreinte de Dieu (Logos). La société désormais aura … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

Matthieu, chapitre 7

Le jugement (la “lecture” disait Simone Weil) est inversement proportionnel à la charité. La charité ouvre un pont, par soi, de Dieu à l’Autre. Le jugement dresse un mur. Quand je juge, je deviens un mur… Je ne laisse pas … Continue reading

Posted in Évangile selon Matthieu | Leave a comment

Genèse, chapitre 10

On pourrait croire que ces listes disent que L’Homme se divise et se répartit dans le Temps et l’Espace, mais je crois au contraire qu’il faut les prendre dans l’autre sens : les fils de Noé deviennent le Temps et … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

Matthieu, chapitre 6

La Charité est moins un mouvement de soi vers l’autre, qu’un appel de l’autre à soi, et un mouvement de Dieu, à travers soi, vers l’autre : “tu aimeras ton prochain comme toi-même”. L’acte d’Amour n’est pas acte pour soi, … Continue reading

Posted in Évangile selon Matthieu | Leave a comment

Le succès fut d’estime : un brassard de miel à des rouelles de granit.En vérité j’ai si peu agi, j’ai si peu existé !Le cheval ? Une fleur de bois, des cendres ; dans son flanc Achille dormait !Semer du … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Genèse, chapitre 9

Quand Dieu dit “soyez la crainte et l’effroi”, il ne dit pas aux hommes de pécher. Dieu ne demande jamais à l’homme de pécher : toute la Bible doit être lue sans perdre de vue cette certitude, car autrement on … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

Séféris

Séféris écrit depuis “quelque part”. Le langage chez lui observe le langage : le premier est calme, il constate, il voit, il regrette ; le second, pris à la vague, aspire, tâtonne, court. Le vers se déploie en deux temps. … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

Poséidon gagnerait à envahir l’espace par sa corde laissé libre autour de mes épaules,Et dans les herbes de novembre, quand dans les grandes patries…Quand l’âge d’or fut réduit de moitié ! Il gagnerait à pardonner. Mon amour, après les draps, … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Matthieu, chapitre 5

Jésus achève l’argument du Gorgias, et, ce faisant, parachève la théodicée hébraïque. Il invalide les futurs “feel-good books”. Il détruit à l’avance les projets politiques matérialistes, hégéliens, marxistes, tolstoïques. Et prévient les Pharisiens : il ne résoudra pas la souffrance. … Continue reading

Posted in Évangile selon Matthieu | Leave a comment

Genèse, chapitre 8

Qu’est-il, ce souffle qui balaye ? Balaye-t-il ? J’y pense, souvent, je le cherche : “le souffle sur la terre et les eaux”. Nous devons le trouver, le retrouver, et nous re-présenter ce souffle qui rend la Terre à elle-même, … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

Anatomie

Plongé dans un des quatre tomes du manuel d’anatomie écrit par mon oncle chez Flammarion, j’atterris : “noyau salivaire inférieur (parasympathique)”. Je décolle, je poursuis : “hypoglosse”. Les planètes tournoient. L’univers est une spirale. Le corps est un répertoire. L’os … Continue reading

Posted in Notes, Plaisanteries | Leave a comment

Le réalisme magique est un raisonnement synthétique a fortiori

Les auteurs sud-américains ont démontré l’existence des fantômes. Ils les ont requalifiés pour ce qu’ils sont. Captée comme à un pluviomètre, nous avons senti, et dans certains cas nous avons bu grâce à eux, leur respiration liquide. Nous avons soupesé … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

Genèse, chapitre 7

On a tort de voir le déluge comme un phénomène temporel. On est trompé par le décompte des jours, des animaux… La lecture littérale est idiote. Quarante jours et quarante nuits de pluie, cela représente la durée de la tentation … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

L’Iliade ou le poème de la force… La Grèce a trop cru à la force. La force ne résout rien. Un peuple, un jour, construira sa destinée sur l’inverse de la force… Si ce jour vient, le Monde sera sauvé. … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Matthieu, chapitre 4

Le Diable ne tente pas Dieu. Personne, aucune force, ne peut tenter Dieu. Mais Dieu s’est fait homme, il s’est fait à l’image de l’homme, et c’est cette part du Christ que le Diable tente, la même qu’en chacun d’entre … Continue reading

Posted in Évangile selon Matthieu | Leave a comment

La lumière, à Ithaque, n’existait pas. Je n’avais pas souffert. Personne n’était parti. Ma vie n’avait rien éclairé. Chrysalide : elle ne manquait de rien. Puis le manque est venu. La souffrance travaillait. Je suis parti, et alors, alors, la … Continue reading

Posted in Ulysse et la pelle à grains | Leave a comment

Genèse, chapitre 6

Les hommes ont cessé d’être dirigés. En eux il y a volonté, et en celle-là la volonté de puissance. Ils choisissent des filles, ils vivent cent vingt ans. Les dieux grecs, c’est-à-dire les Vérités Premières, étaient encore sur la terre. … Continue reading

Posted in Ancien Testament, Genèse | Leave a comment

Richard Powers

Je tiens Orfeo, l’Arbre-Monde, et le tout juste paru Sidérations, pour des chefs d’oeuvre. Powers regarde la science avec tendresse, sans malice, sans ironie voltairienne, et ce faisant il la rend ductile. En la fragilisant, il la rend consommable. Son … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment