Author Archives: Guillaume Sire

About Guillaume Sire

Guillaume Sire

Puissent sur vos joues

Mes chers enfants, mes anges, mes ours, puissent sur vos joues s’imprégner mes caresses : qu’elles soient tatouées, marquées dans le souvenir de votre peau, puissiez vous garder à jamais quelque chose de ma main près de votre cou, et … Continue reading

Posted in Fragments | 1 Comment

à propos de “Pudeur du donateur” (Nietzsche, Aurore, §464)

Nietzsche écrit : “Quel manque de noblesse que de jouer sans cesse au donateur et au bienfaiteur, qui plus est de façon ostensible ! Au contraire : donner et combler, en prenant soin de dissimuler son nom et son don … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

À propos de “Faire l’amour”, Jean-Philippe Toussaint (2002)

L’écriture est singulière parce qu’elle est retenue sans être tenue. Elle est précisée mais pas au point d’être précise ; et du coup ce n’est pas froid, rien n’est froid, malgré cette espèce de distance maintenue par le narrateur entre … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

De toute façon Nice est immortelle

Article publié dans La Revue des Deux Mondes (décembre 2018, p. 84-90) Les façades sont jaunes, terre de sienne, rouge brique, pastel, grattées ; elles sont orange, dorées, parfois roses, rosies ; il y a des corolles sous les arceaux … Continue reading

Posted in Variations | Leave a comment

Quelle sincérité !

En art, il faut haïr la sincérité. La sincérité, c’est comme la morale : c’est faux. La sincérité ment. Personne n’a au fond du coeur un coeur qui parle avec sincérité. Il faut aller contre la sincérité. Là est l’art. … Continue reading

Posted in Notes | 1 Comment

Sur La reine morte (Montherlant, 1942)

Dans cette pièce dont l’intrigue repose sur des ficelles usées au point, se dit-on, qu’elles ne devraient plus rien se voir confier, surtout en 1942, qu’est-ce qui étonne ? L’absence d’éthique. Il n’y a plus la de destinées tragiques : … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

Sur Jean Genet

Jean Genet, c’est le pédé nietzschéen, l’ombre suave du corps dans la prison de l’esprit, c’est le glaviot, le glaire, la larme de sperme, la saleté grise, les plaies sans couture. Au milieu de tout cela, dans toute cette horreur, … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

La patrie des choses

“Cette étrangeté des choses, lumière de toute poésie — de tout art — est vraiment liée à leur nature autre, à ce qu’on appelle leur objectivité. (…) La fleur est une vision parce qu’elle est aussi autre chose qu’une vision. … Continue reading

Posted in Les autres | Leave a comment

A propos des Contreforts

Extrait d’un échange avec AL : “L’enfance est un château qu’il faudra nécessairement quitter, le temple de la mémoire, et dont l’administration — c’est-à-dire pour faire simple l’âge adulte, l’âge sans littérature — cherche à nous expulser. Ce qu’il y … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

Charybde et Scylla

En vieillissant, on court le risque du naufrage. D’un côté, Charybde : l’amertume. L’amertume qui isole l’âme avant de l’aspirer dans un tourbillon de néant. De l’autre, Scylla : la folie. La folie qui terrifie l’âme avant de la dévorer.

Posted in Pensées | 2 Comments

Etna, ou le roi du silence

I De cette aube géologique où la petite terre sans eau criait écorchée vive,De ces temps où les atomes n’avaient pas de cadastre,Quand espace et lumière n’avaient pas négocié leur pacte,Et que Dieu était vivant mais n’avait rien vécu,Ces temps … Continue reading

Posted in Poésie | Leave a comment

Les Contreforts (2021)

Roman paru aux éditions Calmann-Lévy le 18 août 2021. Au seuil des Corbières, les Testasecca habitent un château fort fabuleux, fait d’une multitude anarchique de tourelles, de coursives, de chemins de ronde et de passages dérobés.Clémence, dix-sept ans, bricoleuse de … Continue reading

Posted in Romans | Leave a comment

Deux ifs

Deux spécimens, le mâle et la femelle, cinq cents ans chacun, baldaquin millénaire à l’entrée du jardin ;Le mâle clair et auguste, se couvre au printemps de pointillés blonds ; à l’automne la femelle, sombre comme un sapin, de perles … Continue reading

Posted in Fragments | Leave a comment

Séféris

Séféris écrit depuis “quelque part”. Le langage chez lui observe le langage : le premier est calme, il constate, il voit, il regrette ; le second, pris à la vague, aspire, tâtonne, court. Le vers se déploie en deux temps. … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

Anatomie

Plongé dans un des quatre tomes du manuel d’anatomie écrit par mon oncle chez Flammarion, j’atterris : “noyau salivaire inférieur (parasympathique)”. Je décolle, je poursuis : “hypoglosse”. Les planètes tournoient. L’univers est une spirale. Le corps est un répertoire. L’os … Continue reading

Posted in Notes, Plaisanteries | Leave a comment

Le réalisme magique est un raisonnement synthétique a fortiori

Les auteurs sud-américains ont démontré l’existence des fantômes. Ils les ont requalifiés pour ce qu’ils sont. Captée comme à un pluviomètre, nous avons senti, et dans certains cas nous avons bu grâce à eux, leur respiration liquide. Nous avons soupesé … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

Richard Powers

Je tiens Orfeo, l’Arbre-Monde, et le tout juste paru Sidérations, pour des chefs d’oeuvre. Powers regarde la science avec tendresse, sans malice, sans ironie voltairienne, et ce faisant il la rend ductile. En la fragilisant, il la rend consommable. Son … Continue reading

Posted in Notes | Leave a comment

Matthieu, chapitre 3

Lire “poils de chameaux” et les avoir sur la langue, collés par “le miel sauvage”, chauffés par “le cuir” et rehaussés par le craquement des “sauterelles”. Jean le Baptiste pue la transpiration. Il sourit. Sans doute ses dents sont-elles jaunes, … Continue reading

Posted in Fragments | Leave a comment

Genèse, chapitre 5

D’hile en hile, de cicatrice en cicatrice… Adam fut divisé. Eve se dispersa. Le Temps ravage tout, mais dans le Temps la famille est préservée. Tout n’est pas temporel, même ici-bas… Tout n’est pas horizontal. Une chaîne existe jusqu’au premier … Continue reading

Posted in Fragments | Leave a comment

Genèse, chapitre 4

Caïn, le sédentaire. Abel, le berger. Celui qui reste. Celui qui part. Celui qui attend. Celui qui avance. La haine de Caïn. L’indifférence d’Abel. Les deux faces de l’Homme. L’Homme divisé contre lui-même. Puis le meurtre, le premier meurtre… Le … Continue reading

Posted in Fragments | Leave a comment