Dialectique de la Grâce

La Grâce est le fruit des deux mouvements simultanés de l’étant vers l’être et de l’être vers l’étant. Peu importe de quel étant il s’agit puisque un étant est par essence arbitraire, et peu importe de quel être on parle puisque c’est toujours du même être qu’on parle.

Sans simultanéité, on obtient un phénomène de chosification quand l’étant précède l’être dans sa course à la grâce, et d’idéalisation quand l’être précède l’étant.
Dans les deux cas il y a déséquilibre, et l’équilibre est nécessaire à la grâce.

Sans dualisme, on obtient un phénomène d’hypertrophie dans le cas où l’étant se dirigerait seul vers l’être, et d’atrophie dans le cas où l’être se dirigerait seul vers l’étant.
Dans les deux cas il y a manque, et la plénitude est nécessaire à la grâce.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s