Le langage comme superstructure

C’est du langage — dans le langage, à travers, par et depuis lui — que le Salut viendra. C’est ici que se négocie le destin des hommes : la superstructure de l’Histoire, à la fois ce qui est et ce qui devient soi et lui, soi-même et lui-même, tu, nous, toi-même et nous-mêmes, ce qui soude et ce qui fracture, le nœud et le dénouement, une nécessité commune aux malades d’éternité que nous sommes.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s