Entre Noël et le premier de l’An

La France a les indicateurs entre deux chaises, ses plans comptables ont trop mangé ;
C’est féérique mais c’est normal ;
Les feuilles de glycine sous ma fenêtre tombent comme les plumes d’un oiseau très grand et vieux qui dans une légende portait des enfants sur le dos ;
Rien n’est drôle mais on voudrait,
On tente ;
Le manque de neige a saisi le fleuve à contre-pied ;
Les façades ont les volets gercés ;
Les chiens aiguisent leurs crocs sur les ossements du réveillon.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s