Du Neveu de Rameau

Il y a dans cette pièce (et son histoire : la traduction de Goethe, les vieux papiers d’un bouquiniste des bords de Seine…) une dynamique extrêmement française, un humour intelligent, coquin sans perversité, à deux doigts du cynisme, sauvé par sa fraîcheur, son allant, sa perméabilité et une manière d’insolence décrétée. Le désabusement est sans cesse remis à plus tard, on se dit que l’amour est possible. Il suffirait qu’une femme surgisse pour que “moi” et “lui” s’entretuent ou s’adorent, croient en dieu, au diable, qu’ils recommencent leurs vies.

Les sentiments sont empiriques, constatés, la théorie ne pèse pas, les réflexions ne demandent pas mieux que d’être retournées contre elles-mêmes par quelque coup du sort. Le cartésianisme continue de s’étonner et de ne rien conclure qui n’amplifierait son étonnement. Il y a du Figaro dans « moi » et du Alceste dans « lui ». C’est simple comme un trait, pourtant il y a des trouvailles, du style, certains décalages narratifs, des surprises. Candide et L’Ingénu n’arrivent pas, je crois, à la cheville du Neveu de Rameau.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s