Les vieilles

Les vieilles et leurs bijoux, le drame : ne pas mourir, la vieillesse des mains sous de gros diamants. Était-ce mon destin ? Qu’ai-je fait ? A qui mon sexe a-t-il servi de rente ? Le maquillage a tatoué deux larmes sous le menton. Les cheveux sont jaunes et violets. Les enfants ne répondent plus aux invitations à dîner. Heureusement qu’il y a les bijoux, la bibliothèque tournante et la télévision. Depuis dix ans, la mort a commencé.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s