Les deux mauvais chemins et le buisson d’épines

Chemin battu : je ne crois pas, je me moque, je m’en moque.
Chemin pierreux : je crois tout de suite, puis devant la première question, n’importe quelle contradiction, devant un incroyant ou un reproche, un doigt pointé, l’injustice apparente, la faillite de Dieu, le silence, la perspective du néant et le sentiment d’abandon, le doute, la souffrance, j’abandonne, je ne crois pas, je me demande comment j’ai pu.
Buisson d’épines : je crois puis j’oublie, je m’éloigne, j’arrête, si je fais encore les gestes c’est par habitude ou pour socialiser, par réflexe ou par ambition, trop préoccupé par le quotidien, surchargé, ennuyé, intéressé, noyé, étouffé par ce qui n’est pas essentiel.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s