Forêts

Il lui sembla que les arbres étaient des œuvres poétiques, fixes, uniques, entrepris par le vent et les saisons mais toujours fixes et uniques, absolument modernes, sacrés comme des dieux. Cet olivier était l’œuvre d’Homère, ce châtaignier celle de Virgile, ce peuplier noir Dante, ce tilleul Shakespeare, cet if Villon, ce magnolia La Fontaine, ce fayard Racine, ce sophora Baudelaire, ce ginkgo Rimbaud, ce charme Verlaine, cet orme Claudel, ce tulipier Char, ce cyprès Suarès, et celui-là, ce châtaignier de l’an mille, plus gros et anormal que celui de Kerséoc’h, avec ses décalages, ses torsions, son gigantisme, ses rhizomes monstrueux et sa quintuple frondaison, gros comme une petite montagne, celui-là nul doute : c’était Victor Hugo.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s