Le corps

Le corps est moins un reflet de l’âme que l’âme elle-même : les arcs-boutants qui édifient la chapelle intérieure en même temps qu’ils en fixent la limite, frontière passante, cicatrices de l’enfance, sillons et plis du sourire ou de la peur ; le corps est ce qui est dangereux parce que c’est ce qui sauve ou qui détruit et qui de toute façon est détruit, à la fois véhicule et passage, le suaire improbable d’un dieu obligé de ressembler à l’image de sa créature, ourlet organique, énigme visqueuse, première et dernière chrysalide du premier et du dernier miracle.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s