Le corps livré — Pierre Gardeil, 1997

“Alors je connais qui est l’Amour. Il meurt de mon péché, non pour offrir au Père une mort somptueuse, non pour me donner un bon exemple, mais POUR ÊTRE AVEC MOI QUAND JE NE SUIS PLUS AVEC MOI.
Sa mort seule épouse la misère de notre division, dont sa résurrection ferme la plaie. Mais une résurrection qui ne serait que de sa mort ne nous sauverait pas. C’est pour nous qu’il est mort, pas pour lui ou pour le Père ; pour être là où nous sommes, en morceaux de nous-mêmes, en fragments d’humanité. Cette mort est la fracture par quoi il se fait tout à tous, à tous ceux qui sépare l’incommunication.”

Pierre Gardeil — Quinze regards sur le corps livré, 1997, p. 116

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Les autres. Bookmark the permalink.

One Response to Le corps livré — Pierre Gardeil, 1997

  1. Frog says:

    Sa mort, et son humiliation. Incarnation véritable.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s