Liberté sous conditions

Pour être libre il faut avoir détruit en soi le miroir (la volonté de plaire : les dorures sinistres, la montagne intime avec au sommet une effigie ridicule, un drapeau, le souvenir vengé d’un professeur) et le mètre (la comparaison, le décompte des médailles au clou poussiéreux et l’héritage, l’envie d’argent, être reconnu sur la place du village, donner son avis à un comptable, etc.)
Puis oublier qu’on les a détruits, et rire, enfin, et enfin regarder sous les marais salants du langage — pour s’étonner, car Dieu est là, et sa Croix, d’accord sous l’étonnement.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s