Hiver

Le faux silence de la neige a couvert la montagne de sa limace blanche au ventre rose.

Vois-tu, c’est la gueule des falaises : le corridor impayable des éléments.

Un chamois est mort pour donner naissance à son petit, après quoi le berger dans son crâne a fait une lanterne. Il fait froid, froid, et j’ai peur.

La nuit est grasse, au point que les étoiles germent dans son huile, dégoûtantes, à peine lumineuses.

On a raclé aux arbres des maladies de peau.

A la torsion soudoyée des sédiments et à la croûte de fer saignante sous les glaciers, s’opposent la rigueur maigre et pâle des bouleaux, et celle, plus fantomatique encore, des ormes.

Il fait froid, froid mon amour, et j’ai peur.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s