A propos des paysages chez Paul Gadenne

Toujours chez Gadenne, les paysages (ou la maison chez les Stirl) signifient quelque chose et s’ouvrent vers des doubles-fonds sans fin, à des profondeurs insondables et garnies de lignes de fuite. Toujours ces reprises dans le décor, ces soubassements dans le langage, ces méprises dans le paysage, qui correspondent aux abîmes intérieurs, aux failles des personnages. C’est là dans Siloé ou dans L’Invitation que poussent en même temps, comme si elles étaient la même chose dans deux états différents, les racines noires de l’amour et de la maladie.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s