Le bourreau

— Bonjour Madame, je cherche à m’évader.
La dame est grande ; robe, cheveux détachés, sac à main : immortelle…
— Je vous préviens, répond-elle, l’amour j’ai donné.
— Le bourreau doit arriver d’un instant à l’autre.
Il regarde ses jambes. Elle les écarte un peu.
— Ouvrez, je vous paierai.
Pendant un instant, il croit qu’elle va l’aider ; mais de son sac à main elle sort un révolver à un coup.
— Je vous aime, essaye-t-il.
— Je sais.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fictions. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s