Je viendrai te chercher

Pour elle

Je viendrai te chercher dans l’envers des paysages, au creux des liminaires brûlants et salés, et dans la douleur, dans les vents perdus ;
Je viendrai te prendre chez ton mari, chez tes enfants, dans les souvenirs auxquels tu auras pensé sans moi ;
Je serai dans ta chambre, j’y suis déjà, dans l’ombre sous ton agenda pourri et tes collègues nauséabonds et ta patronne et tes patrons et le rien de leurs hymnes ;
Je viendrai dans ta ville, je retournerai ta ville, j’envahirai ton pays, je trahirai les foules de tes fidèles à la gueule ravie, avec ou sans qui j’aurai fondé notre empire,
Et puis je déculotterai la lune par la grâce de mes fusées d’amour ;
Je viendrai te chercher dans tout ce qui est petit, et c’est par ma seule présence que tout deviendra grand, même les voitures garées en bas de chez toi, les rames du métro, les masques, la pluie en novembre, les casquettes, les barres d’immeubles tristes, la télévision, la musique espagnole, les musées, les biologistes ;
Je viendrai dans la piété, je viendrai dans le courage, et je réinventerai la piété et le courage,
Je viendrai te chercher mon amour dans l’amour des autres et jusqu’au cœur lacéré du Roi Jésus, sur sa croix d’échardes, à ses crochets de fer ;
Et je t’emmènerai !

Je t’emmènerai mon amour, où rien n’est normal, où tout est neuf, même les pierres et le baiser immonde des poissons-chats à la surface de l’eau ;
Je t’emmènerai dans les nerfs quand ils jouissent, à l’intérieur des pires inquiétudes de la pénétration,
Dans l’œuf cosmique, le délire vibrant des étoiles, dans le goudron transmuté sous le soleil en une limace violette et grêle,
Je t’emmènerai dans la neige quand elle recouvre sous les yeux d’Éros les pyramides aux clochetons d’émeraude,
Je t’emmènerai dans le secret aztèque des coulées de lave épaisses et monstrueuses, où la cendre se mêle à un ferment nacré et jaune, dans l’anaconda du désir quand il est à la fois enfantin et inavouable ;
Je tabasserai des ours, les oiseaux du Stymphale et des cerfs à visages humains, je laminerai des cachalots anthropophages, je réduirai la nature son mon poing de feu, parce que la nature n’existe qu’en dedans de ce que j’ai pour toi,
Je briserai le temple et la pagode, je les ravagerai à coups de dents, mon amour, je brûlerai la cathédrale et la jungle diabolique,
Et je t’emmènerai partout, je ne te lâcherai pas, tu me transperceras pour me reprendre, et tu me reprendras, tu me prendras toujours,
Je serai le calice, la lumière lente, l’hystérie d’antiques paysannes, les fausses promesses des enfants quand ils sont malades et qu’ils espèrent que la babysitter les conduira au parc,
Je serai pour toi la peau indétachée après une brûlure de guerre et l’ongle qui a poussé en travers de la gorge de celui qui n’a pas supporté la camisole,
Je serai la camisole, les électrodes, le linge glacé et le cri rouge dans la nuit de diamant,
La cicatrice persane à ton poignet,

Et je t’aimerai, mon amour, pour qu’enfin tu ne meures jamais.  

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Bénédictions. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s