Charybde et Scylla

En vieillissant, on court le risque du naufrage. D’un côté, Charybde : l’amertume. L’amertume qui isole l’âme avant de l’aspirer dans un tourbillon de néant. De l’autre, Scylla : la folie. La folie qui terrifie l’âme avant de la dévorer.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

2 Responses to Charybde et Scylla

  1. Irène says:

    J’étais revenue pour relire ces commentaires bibliques, qui m’intriguent. Mais là, vous m’inquiétez. J’en connais pourtant qui ont vécu dignement l’appauvrissement de la vieillesse. J’en connais un, amer toute sa vie, que j’ai vu aux derniers jours vivre un dépouillement volontaire qui m’émeut encore. Pour ce qui est des artistes, je ne me prononce pas. Je pensais, moi, qu’ils avaient des grâces spéciales ! (le commentaire qui ne sert à rien, mais bon, comme je passais par là.)

    Like

    • Guillaume Sire says:

      Bonjour Irène,
      Après avoir lu votre commentaire, j’ai révisé mon dernier texte, car en effet j’y allais trop fort. Le naufrage n’est pas systématique, loin s’en faut. La ligne de crête est fine, oblique, compliquée, certes, cependant elle existe. On peut très bien, et très dignement, échapper à Charybde et Scylla.
      Amicalement,
      GS

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s