Broca

On commence à mourir en apprenant à communiquer. La lèvre se déforme autour de la langue vague qu’ils nous ont collée dans la bouche. Les os, les dents prendront le pli. Le corps se contrefait. Dans mon cerveau, le venin de Broca se répandait.

La communication est la colère de Dieu à Shinar. J’aurais dû y penser avant même de pouvoir penser ; rester dans la Caverne abasourdi aux figures de feu…
J’aurais dû, putain, y rester.
Hélas, je me suis emparé de l’air où nageaient des pigeons qui n’ont plus cessé de me suivre après. J’ai gonflé mon torse de cet oxygène vicié de poumon en poumon, indifféremment du prisonnier au gardien, du rat au juge, et de celui qui la nuit balaye à celui qui, le jour, choisit.
Cri annonciateur : Houin !
« Plus tard, Maman, je serai écrivain ! »

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fictions. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s