Lacune

On continue de crier. Adulte, on crie autrement.
La rivière hurle vers l’océan / rien ne pourrait la retenir.

L’existence est un mouvement que le corps n’est pas destiné à suivre, pourtant irrésistible (Le corps n’est destiné à rien). C’est un déchirement. On projette sa détresse comme une onde.
On déchire l’onde en s’y accrochant.

Espérance : croire que l’écho dit autre chose
Et que les cris ont un objet.
L’objet et le cri se réunissent en un point de la chose.

Le jour où le travail du Temps s’arrête, espérer que la chose n’aura pas disparu et qu’on pourra s’y lover comme un indice.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s