Shinar

Si la théorie du Big-Bang dit vrai, notre mémoire et notre conscience ont poussé dans la trajectoire d’un choc fondamental. Le poème doit se faire l’écho de cette déflagration.
« Choc » veut dire « révélation ».
Le choc est subi. Il ne peut pas être désiré, préparé, jugé, évité.
La révélation vient subitement.

Sweig : « le ciel est un but infiniment éloigné ».
Le désert, c’est le ciel sur la terre (Charles de Foucauld).
Négatif du ciel : comme pour une photo, il suffit de développer.
Shinar (langage) est un désert : à la fois lien et rupture, paroi sur laquelle le poète colle son oreille et sa langue pour entendre et goûter ce qui existe en vérité.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s