Attroupement

L’attroupement est un ensemble symplectique, injustifié et cohérent, à l’abandon dans une sébile de rien. Comme pour les crabes : il est palliatif. Les crabes s’attroupent pour ne pas devenir comme ces coquillages que les goélands picorent à marée-basse. Embobelinés à plusieurs, on finit par croire que le risque est moindre : « La foudre tombera sur un autre que moi ! » La masse donne l’illusion de la durée.

La société est un thermos que les savants ont confondu avec une horloge. On soigne le vertige en se persuadant que le vide est plein, en tout cas qu’il y a quelque-chose, on-ne-sait-quoi, « un signe », « le bonheur » ; mais le corps est conducteur et, agglutinés, il suffit que la foudre touche l’un d’entre nous pour que la coalition soit pulvérisée.

Le goéland emporte une grappe de cadavres.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s