Les pèlerins d’Emmaüs

Je vais parfois au musée Jacquemart-André scruter Les pèlerins d’Emmaüs. La toile émet  un vert fluorescent et une ombre d’où la clarté écume. C’est du jaune et c’est de l’orangé, c’est du bleu, du rouge, de l’indigo, c’est du silence. Dans l’ombre, le Christ perd sa matérialité pour gagner en divinité. Impossible de dire si son profil a découpé la lumière ou si la lumière l’a révélé.
Faut-il qu’il y ait l’ombre pour qu’il y ait la clarté ? Laquelle provient, laquelle advient ?

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s